• Nous avons besoin d'eux

    Nous avons besoin d'eux

    Jacques Grand'Maison, sociologue et théologien,
    professeur à l'Université de Montréal de 1967 à 1997,
    nous parle des apports des personnes handicapées intellectuelles.

    L'article qui suit est la synthèse d'un texte écrit par Jacques Grand-Maison.  
    Les phrases ont été simplifiées pour faciliter son accès au plus grand nombre,
    mais dans le respect des contenus et même, autant que possible,
    du style riche et percutant de son auteur.

    L'intégration au travail des personnes handicapées est un défi.  Ce défi, si nous le relevons, appelle le meilleur de nous-mêmes.  Ces personnes sont le test d'humanité de nos attitudes et comportements les plus profonds : sources de motivations fortes, de dépassement et de générosité.  Ces personnes sont aussi des sujets à part entière, des citoyens de plain-pied, des travailleurs qui veulent gagner leur pain.

    Quand nous parlons de "handicapés", nous leur attribuons un nom qui a pour effet de remplacer leur identité, leur entièreté de personne humaine, de citoyen-travailleur avec ses droits, ses libertés et ses responsabilités.  C'est pourquoi les personnes qui travaillent avec eux en évitent l'usage*, mais il reste du chemin à faire dans l'ensemble de la population.

    *Nous préférons parler de personnes en limitation fonctionnelle"

    En effet, si beaucoup trouvent normal que la société accorde ses services d’assistance à ces personnes, qu'elle finance des institutions capables de les accueillir, de les héberger, de les soutenir, qu'en est-il de les intégrer vraiment dans la vie courante, dans nos milieux de vie et de travail ? Les personnes handicapées ne sont-elles pas à l'opposé de l'idéal mis en avant par notre révolution culturelle ? Cet idéal qu'on appelle "mythe californien", pousse à être beau, jeune, instruit, riche, en santé et libre de toute contrainte.  Ce modèle est frustrant pour 95% des gens parce qu'il est inaccessible et conduit à l'insatisfaction permanente.

    Nous avons besoin d'eux

    La personne handicapée est l’extrême opposé de cette copie conforme et nous y voyons, plus ou moins inconsciemment, l'image concrète de notre propre frustration personnelle, sociale et culturelle.  Autrement dit, cette personne casse notre faux idéal, casse notre rêve et cela peut parfois nous rendre agressif ou sans nuance : nous voulons bien leur accorder notre bonté bienveillante, mais quand même pas les mêmes droits que les nôtres !

    C'est là qu'on peut dire que la personne handicapée n'est pas seulement un test d'humanité, mais aussi un test sur nous-mêmes, sur nos vraies priorités dans la vie, sur nos vrais comportements en conformité ou non avec nos beaux principes moraux ! Ils nous rendent ainsi un grand service !

    Nous avons besoin d'euxDurant la récente période de prospérité, nous pouvions avoir des services de plus en plus poussés pour les plus faibles de la société sans que cela nuise à notre propre ascension dans le bien-être et le confort.  L'austérité pousse à faire des choix, établir de vraies priorités, payer la note au prix de certains sacrifices parfois importants et la tentation est grande de "couper" chez ceux qui ont moins de force pour se faire entendre.  C'est ce qu'on appelle la tendance néo-libérale... une tendance qui nous fait risquer de revenir à la loi des plus forts, ce qui serait un grave recul de civilisation et d'humanité.

     

    L'autre versant éclairé

    Nous avons beaucoup appris au cours des dernières années : goût de vivre, expérience de l'autonomie et de la différence, expérience d'une solidarité de société à travers des politiques sociales soucieuses d'accorder à tous les citoyens une vie digne et décente.  Il ne faudrait pas perdre ce goût, cet élan du défi !

    La prospérité nous a ramollis moralement et la présence au milieu de nous de ces êtres qui ont surmonté leur destin, qui continuent de lutter, d'espérer et de grandir nous est nécessaire parce qu'elle met en oeuvre un dynamisme humain extraordinaire.

    Nous avons besoin d'eux

    Ils ont leur place partout, y compris dans des secteurs industriels, économiques où règnent la concurrence et la productivité.  Ils sont un capital humain irremplaçable, une ressource essentielle, un placement qui rapporte.  On dit souvent qu'il est important de trouver dans son travail un sens à sa vie, un lieu d'identité, une expérience de relations humaines gratifiantes...  C'est exactement cela qu'apporte la présence des personnes handicapées dans un milieu de travail quel qu'il soit.

    L'intégration sociale et économique des personnes handicapées ne doit pas sous-estimer l'importance des institutions qui leur apportent, avec compétence, des soutiens spécifiques pour leur réhabilitation.  On y trouve un des personnels les plus motivés et les plus compétents de nos services publics, et aussi des expériences étonnantes de créativité, d'imagination et de pédagogie sociale.

    Nous avons besoin d'eux

    L'équipe de l'Atelier FSPN - printemps 2015

    "Chapeau ! Vous êtes grands, mais trop rares, courants chauds de notre société.  Un grand courant d'humanité chaleureuse, d'intelligence inventive, de générosité sociale, de volonté de réussir.  De vous aussi, nous avons besoin comme société.  Vous nous faites traverser l'hiver avec un entêtement de printemps, à l'affût des veines cachées qui relancent la vie, l'espoir et le meilleur de nous-mêmes."
    Jacques Grand'Maison

     

     

    « Service d'aide à l'emploi »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :